+33 (0)6 30 50 54 67 bonjour@whitebox-sarl.com

La bonne réalisation d’un produit passe souvent par une conception 3D bien rodée qui comprends plusieurs phases de réalisation : une étude de marché, un cahier des charges, une conception fonctionnelle, la conception 3D en elle-même, et la simulation qui permet une amélioration du produit.

Viens après cela la volonté de passer à la mis en production. Bien entendu de plus en plus de fabricant utilise directement les documents 3D pour lancer la production mais cela peut engendrer un mauvais fonctionnement du produit, notamment sur les points les plus techniques. C’est dans ce cas que le passage au plan 2D est obligatoire. Mais pourquoi la mise en plan est plus précise qu’une représentation 3D ?

Pour le savoir, il faut se pencher sur les outils disponibles de la mise en plan. En effet grâce à une représentation 2D il est possible « d’annoter ». Celles-ci ont 2 utilités principale :

  • Elles permettent d’incorporer des besoins de fabrication supplémentaires (Tolérances géométriques ou cotation fonctionnelle).
  • Ces annotations font alors partie du cahier des charges de fabrication. Le sous-traitant sera alors dans l’obligation de les respecter.

Pour correctement réaliser un plan 2D il faut savoir maitriser les différents niveaux de tolérancement (voici 3 niveaux les plus utilisé lors d’une mise en plan) :


1er niveau, la tolérance générale

Ce niveau permet de na pas surcharger la vue 2D. En effet celle-ci permet de contrôler l’ensemble des dimensions de la pièce qui ne sont pas soumis à un tolérancement spécifique. Cette tolérance générale est à inscrire dans le cartouche du document.


2nd niveau, le système ISO de tolérances

C’est grâce à lui que la mise en plan pourra définir des dimensions telle que les ajustements ou les cotes linéaires.


3ème niveau, le tolérancement géométrique

Pour qu’un produit fonctionne correctement il est nécessaire que celui-ci soit « géométriquement correct » (que deux faces soit parallèles, qu’un axe soit bien rond, ou qu’une face est une bonne planéité). C’est le boulot du tolérancement géométrique.


La réalisation d’une bonne mise en plan n’a rien de sorcier. Mais il y a un code et une méthode à respecter. Une bonne mise en plan est lisible facilement et ne montre que le nécessaire. Toute fioriture engendrera un coût supplémentaire de fabrication. La plan 2D est donc au cœur de la réduction des coûts de fabrication.